Le Fablab de Cité el-Khadhra : Une opportunité solidaire pour les jeunes compétences

Le Fablab Cité el-Khadhra a organisé récemment une formation sur le logiciel Fusion 360 d’Autodesk. Une dizaine de jeunes curieux expérimentés et moins expérimentés ont assisté à cet atelier et ont pu bénéficier d’une formation gratuite dispensée par les formateurs de l’Association Jeunes Sciences de Tunisie (AJST).

A l’occasion, nous avons interviewé Wael Jomni, membre du comité directeur de l’AJST et responsable Fablab solidaire Jeunes Sciences de Tunisie. Après avoir rappelé les origines du concept Fablab né aux États-Unis, il a indiqué que le Fablab Solidaire de Cité el-Khadhra, lancé en collaboration avec la Fondation Orange, consiste en un espace ouvert aux jeunes ayant des projets à réaliser et ce “qu’ils soient demandeurs d’emploi, architectes, ingénieurs, techniciens…”.

“L’établissement a pour mission de transmettre un savoir, d’inculquer une compétence et de pousser les jeunes à partager leurs expériences et à innover en utilisant les machines qui sont mises à leur disposition par le Fablab, a précisé, Wael.

Il a souligné que les prochains workshops porteront sur l’IoT, la virtual reality, l’impression 3D… et que des hackathons seront organisés avec Orange Developper Center (ODC). Il a évoqué dans, ce sens, l’édition 2016 d’Orange Summer Challenge réalisée en collaboration avec l’ODC.

Cette édition a été l’occasion pour les jeunes de mettre en application leurs compétences et de travailler sur différentes thématiques : l’IoT, la robotique, le développement durable, la transformation digitale…

Khalil Bessad, un jeune membre de l’AJST, venu assister au workshop sur le logiciel Fusion 360 d’Autodesk a, quant à lui, lancé un appel aux jeunes de son âge pour participer aux ateliers et formations organisés par le Fablab Solidaire de Cité el-Khadhra et de profiter de l’occasion pour apprendre de nouvelles choses. “Les études et les cours qui nous sont dispensés ne suffisent pas. Il faut avoir des activités parascolaires complémentaires qui permettent d’acquérir des connaissances supplémentaires à forte valeur ajoutée. C’est ce qui fera la différence plus tard”, a assuré Khalil.

N.J

Facebook Comments